Les enjeux de l' IoT.

L’Internet Of things (Internet des objets) est une appellation inventée en 1999 par un entrepreneur anglais nommé Kevin Ashton. Elle désigne le fait de connecter les objets entre eux et de les faire interagir à grande échelle.

Le concept ne date donc pas d’hier mais ce n’est que depuis 3 ou 4 ans qu’il commence son expansion. Il faut bien appréhender certains principes pour bien comprendre l’effervescence actuelle de l’IoT. La tendance est de placer tous les objets connectés sous l’appellation IoT, ce qui est une erreur. L’ IoT représente le fait de faire interagir des objets à grande échelle et de manière intelligente. Cependant ce concept soulève quelques contraintes :

  • Faire communiquer les objets à plus ou moins grande distance.
  • Embarquer dans les objets une technologie assez puissante et compacte pour leur permettre de fonctionner et de communiquer.
  • Rendre l’objet indépendant au niveau énergétique et au niveau de la relation avec les autres objets.
  • Respecter un protocole de communication défini afin de rendre le concept de l’IoT viable à grande échelle.
  • Communiquer de manière sécurisée.
  • Etre reconnu de manière formelle parmi tous les autres objets.
  • Un objet doit être capable de reconnaître les autres objets et de communiquer avec eux.
  • Les données envoyées par les objets doivent être traitées de manière intelligente.

Verizon (opérateur Télécom américain), dans une étude sur l’ IoT parue en Février 2015, réunit ces contraintes et les nomme les trois A :

  • Aware : l’objet doit être capable de « sentir » son environnement.
  • Autonomous : l’objet doit être autonome.
  • Actionnable : les données doivent être analysées.

Malgré ces contraintes l’ IoT est en plein développement et tous les voyants sont au vert dans ce domaine. Voici quelques chiffres clefs fournis par lesechos.fr :

20140905123116_infographie_IoTetM2M_2

source : http://technologies.lesechos.fr/

A la vue de ces chiffres et des investissements faits par certaines entreprises dans le domaine (Samsung, Google, Microsoft, etc…) nul doute que l’IoT sera réel et omniprésent à moyen terme. Cependant un autre chiffre montre que le concept ne répond pas encore totalement à toutes les contraintes qu’il devrait respecter :

  • 80% des objets connectés actuels comportent des failles de sécurité (Soit 4 Milliards d’objets)

Ce chiffre nous montre que l’ IoT n’en est encore qu’à ses débuts (même si les choses vont s’accélérer de manière exponentielle dès aujourd’hui). La tendance actuelle étant de vouloir se jeter dans le monde de l’objet connecté, attiré par les sirènes des enjeux économiques colossaux, sans prendre en compte toutes les problématiques qu’il comporte. Cette stratégie peut éventuellement être payante à court terme mais ne le sera pas, de manière quasi-certaine, à long-terme. En effet la tentation est grande car presque tous les outils existent déjà pour se lancer dans l’ IoT :

  • Le cloud computing et les technologies Big Data permettent de gérer un grand nombre d’objets et fournissent la puissance nécessaire au traitement de ces données.
  • Les nouveaux protocoles de communication permettent la communication à plus ou moins grande distance tout en minimisant les consommations énergétiques des dispositifs.
  • Les microprocesseurs sont de plus en plus compactes, puissants et économes.
  • Les outils de gestion de la sécurité existent déjà.

Le problème est que pour être optimal et viable, un objet connecté a besoin de gérer toutes ces technologies et de les faire fonctionner ensemble « intelligemment » ce qui n’est malheureusement pas le cas dans la plupart des projets IoT actuels. C’est la raison pour laquelle les projets IoT à très grande échelle tardent à faire leur apparition, notamment ceux de ville connectée ou ceux concernant le domaine de la santé car ils nécessitent de répondre point par point et de manière stricte aux contraintes de l’ IoT.