ADEO Dev Summit

Fin juin avait lieu Adeo Dev Summit, événement autour du développement organisé au sein du groupe Adeo. L’occasion de rassembler les personnes de l’IT des différentes entités du groupe au niveau mondial (France, Russie, Brésil, Grèce…) 4 jours durant lesquels se sont succédés conférences, codelabs et keynotes dédiés aux techniciens : on a parlé frameworks, architecture, déploiement, méthodologies, open/inner source…
On ne va pas faire ici un résumé complet, mais on a assisté à des talks de qualité que ce soit par des speakers « internes » Adeo ou du beau monde venu de l’extérieur (booking.com, github, google, confluent/kafka, traefik, …)., ainsi que des ateliers pour tous les goûts.
La keynote de fermeture nous a permis d’écouter Dirk-Willem van Gulik, un des fondateurs et ancien président de la fondation Apache, sans qui notre métier serait probablement assez différent aujourd’hui. Un grand moment.

De mon côté j’ai suivi un atelier sur le langage Go, vu une première approche pratique du serverless / Function-as-a-service, découvert les outils Skaffold et Bazel pour gérer le déploiement de briques hétérogènes dans Kubernetes, …
J’ai également participé activement : j’ai donné un talk sur les micro-services appliqués à la vraie vie, et j’ai animé des codelabs sur la programmation réactive dans Spring et les microservices en java avec RabbitMq et Spring cloud stream.
Le tout dans la langue de Shakespeare…
Cela a été une super expérience à tout point de vue. L’événement en lui-même, organisé en très peu de temps, a été une énorme réussite que ce soit au niveau de l’organisation, la qualité des intervenants, et la diversité des thèmes abordés.

Plus généralement cela m’a inspiré quelques réflexions sur le passé et le présent de notre métier…
Nous avons depuis longtemps la conviction

  • Que le développeur a quelque chose de différenciant, une plus-value à apporter dans les produits auxquels il participe.
  • Que l’on ne peut pas remplacer sans réfléchir un développeur A par un développeur B.
  • Que l’on devrait parler de personnes et non de ressources.
  • Que travailler main dans la main avec son client et son utilisateur est bien plus rentable sur le long terme que d’envoyer le développement se faire dans un centre de service à l’autre bout du monde.

La bonne nouvelle, c’est qu’aujourd’hui cette conviction est non seulement partagée, mais est partie intégrante de la culture des services informatiques des entreprises (que l’on évoque des entreprises très centrées sur leur IT ou non).
Et ce genre d’événement le démontre !
L’approche DevOps, les méthodologies Agile, le software craftsmanship, sont autant d’éléments qui rappellent que le développeur a aujourd’hui un rôle fondamental à jouer.

Il y a 10 ou 15 ans, le terme même de « développement » avait une certaine connotation négative.
Dans beaucoup d’esprits, c’était plutôt pour les juniors !
Dans cette vision, la voie normale de carrière était : obtention du diplôme > développeur (pas trop longtemps) > chef de projet > manager.
Bien sûr c’est un peu caricatural mais reflète une certaine réalité de l’époque.
Il semble que ce temps soit révolu.
Aujourd’hui le développeur ne doit pas uniquement coder :

  • Il participe aux réflexions avec les utilisateurs,
  • Il est responsable des tests, du déploiement sur les environnements distants, de l’intégration continue, du run.
  • Il explique régulièrement ce que fait le produit.
  • Il prouve que ça fonctionne.
  • Il partage ses pratiques avec les autres équipes de développement.

Bref, le technicien a gagné ses lettres de noblesse. A eux, à nous, de continuer à faire avancer les choses et les mentalités.
Le changement de mindset a opéré, enfin, le train est en marche.

En conclusion, un grand bravo à Adeo pour cette initiative ! Ce n’est que le début !

Alexandre Vandekerkhove

PS : Merci à Florian Petit pour la photo !